La bibliothèque sera exceptionnellement fermée le LUNDI 14 AOÛT!

mardi 26 mai 2015

Bilqiss - Saphia Azzeddine



Bilqiss est le prénom d’une femme qui, dans une cellule de prison d’un pays musulman, probablement l’Afghanistan, attend sa mort par lapidation. Son crime ? Avoir lancé l'appel à la prière (une prière remaniée à sa façon) à la place du muezzin un matin où celui-ci ne s’est pas réveillé. Et puis parfois avoir laissé dépasser une mèche de cheveux de sa burqa et surtout… savoir lire !
Accusées de tous les maux, dont celui d’avoir dans son réfrigérateur des aubergines non coupées, signe phallique qui ne fait que confirmer que l’accusée était femme de peu de foi. Elle tiendra tête, grâce à sa verve acide, à ces hommes qui considèrent les femmes comme des êtres inférieurs.
Le roman, raconte les journées de procès qui précèdent la séance de lapidation annoncée. On entend la voix de Bilqiss, mais aussi celle du juge, conscient de l’extrême injustice de la justice qu’il est en train de rendre. Mais pourquoi tergiverse-t-il à ce point ?Et puis la voix de Leandra, une journaliste américaine qui, débordant de compassion occidentale, est persuadée qu’elle peut sauver la prisonnière.
On voudrait plaindre Bilqiss, l’aider, militer pour elle et pourtant, elle exècre les bien-pensants. D’ailleurs, elle confesse à Leandra, venue dans l’espoir de montrer à la face du monde les atrocités faites aux femmes, que l’unanimisme émotionnel est ce que le micro-onde est à la gastronomie, facile et nuisible. Pourquoi vouloir les aider ? Les considère-t-on comme incapables de gérer leur existence ? Que connaissons-nous de leurs besoins, nous occidentaux qui retournerons à notre vie facile après avoir fait le show et s’être sentis utiles en soutenant ou militant pour une cause qui nous dépasse?
Le juge, lui, est coincé dans ses dogmes, dans son application obtus de la charia. Il aspire à une autre fin pour Bilqiss, mais il reste prisonnier de la bêtise des fanatiques envers les femmes. Pour ces femmes, l’homme et la religion sont la source du problème. L’homme, car il est incapable de regarder l’une d’entre elles sans voir dans ses formes un appel au sexe ou de croiser un regard féminin sans y lire une invitation au plaisir charnel. Puis il y a la religion, qui, une fois interprétée et transmise par des illettrés, sert d’excuse aux cruautés commises contre elles.
http://fr.calameo.com/read/002693300e9d6efa9cf10En lisant se livre on se demande alors qui est réellement libre et qui est opprimé. Bilqiss est probablement la personne la plus libre du livre, même si elle est dans une cellule et dans un tribunal. Elle se réapproprie Allah, parce qu'elle estime qu'on lui a volé dieu. En effet, elle ne croit pas à la justice des hommes et à la charia qui pour elle est une production humaine. Elle croit en la bonté de dieu et jusqu'au bout elle reste musulmane, mais libre.

Ce roman, bien écrit, répertorie un florilège de phrases assassines, montrant l’esprit et la détermination de l’héroïne. 
Ce n’est pas une charge anti-islam. Mais un roman qui fait réfléchir à ce qui se passe là-bas, certes, mais aussi à notre comportement de bien-pensant occidental en quête de bonnes actions. A dévorer !! 


CLIQUEZ SUR LA COUVERTURE POUR LIRE QUELQUES PAGES!


Histoire d'Irène - Erri De Luca



Ce sont trois récits, contes, nouvelles, comme on voudra, conduits par la belle langue précise de De Luca.

http://flipbook.cantook.net/?d=%2F%2Fwww.edenlivres.fr%2Fflipbook%2Fpublications%2F51548.js&oid=3&c=&m=&l=&r=&f=pdfIrène est le premier et le plus long des trois textes; il nous conte un dialogue très étonnant entre une jeune femme et l'auteur. Cette dernière, qui est enceinte, vit essentiellement avec les dauphins qui lui ont appris à vivre en profondeur. Elle est liée avec de jeunes dauphins et elle accouchera d’un dauphin. Ce récit nous explique que les liens entre les humains et les animaux peuvent être très forts si nous voulons bien nous familiariser avec leurs modes de vie.

Le ciel dans une étable nous conte l’évasion d’un petit groupe d’hommes qui en 43 fuit la guerre et s’embarque pour la Sicile où les forces américaines ont déjà débarqué. Quels sont les membres de ce groupe? Un lieutenant, des chasseurs alpins, déserteur, un vieux juif qui fuit le risque d’être emmené par les nazis. Les membres sont tous divers, mais la volonté de se sauver va les unir.

Une chose très stupide ; elle l’est.... ou pas. A découvrir.


CLIQUEZ SUR LA COUVERTURE POUR LIRE QUELQUES PAGES!


___________

D'Erri D Luca, vous trouverez également à la bib:

Au nom de la mère
Et il dit  
Le Contraire de un
Le Jour avant le bonheur  
Le Poids du papillon
Les Poissons ne ferment pas les yeux
Montedidio
Sur les trace de Nives
Trois chevaux  
Tu, mio (rayon 'jeunesse')

 

Un doux pardon - Lori Nelson Spielman



L’histoire : Hanna Farr, la trentaine bien sonnée, vit à la Nouvelle Orléans où elle anime une émission populaire «  Le Hannah Farr show ». Hannah est une véritable vedette, mais elle doit faire face à une baisse significative de son audimat. Elle vit d’autant plus mal la situation qu’une nouvelle vient d’intégrer la production. 
Hannah est amoureuse depuis deux ans de Mickaël, maire de la ville, père (veuf) d’une adolescente, Abby. Leur relation stagne…
Heureusement pour Hannah, une proposition professionnelle d’une chaîne en vue arrive à point nommé. Les pierres de pardon dont une amie d’enfance, Fiona, est à l’origine, pourraient être un excellent sujet à proposer pour sa nouvelle émission... Elle pourrait évoquer le concept de ces pierres qui consiste à envoyer deux pierres à une personne que l’on a blessée. La première pierre sert à indiquer qu’une personne souhaite votre pardon et la seconde pierre doit être renvoyée par le destinataire en guise d’acceptation à celui qui a envoyé les pierres. En somme, un bon sujet dans lequel elle évoquerait l’abandon de sa mère lorsqu’elle était adolescente…
En fait, elle n’a aucunement l’intention de demander pardon à sa mère puisqu’elle considère ne rien avoir à se faire pardonner. La coupable pour Hannah, c’est plutôt sa mère ! Mais les faits remontent à  plus de 20 ans, les souvenirs sont flous, le doute s’insinue… Quelle est la vérité ?

L’histoire de ces fameuses pierres paraissait au départ un peu rocambolesque, mais on se prend au jeu. Les thèmes abordés du pardon et de la culpabilité qui se confrontent à la réalité sont intéressants et entrainent une certaine réflexion personnelle.
« Un doux pardon » est un livre qui se lit facilement et qui, sous une apparence romanesque, nous pousse à réfléchir sur la vie…


Toute la lumière que nous ne pouvons voir - Anthony Doerr




Passé le titre un peu pompeux, c’est une histoire captivante qui emporte le lecteur à travers la tourmente de la seconde guerre mondiale. L’originalité du récit tient dans le point de vue adopté. Les deux personnages principaux sont Marie-Laure et Werner. L’une est française, l’autre allemand. Leur première caractéristique est leur âge : le lecteur les suit de la fin de l’enfance à l’entrée dans l’âge adulte, des prémices de la seconde guerre mondiale à la chute du nazisme. Ils sont assez vieux pour avoir une forme de liberté de pensées et pas assez pour choisir leur vie.
Une autre caractéristique des personnages est la forme de handicap qui les touche. Marie-Laure est devenue aveugle vers l’âge de 6 ans et est orpheline de mère. Werner, lui, a été abandonné avec sa jeune sœur dans un orphelinat allemand. Tous deux ont donc en commun une carence affective et regardent le monde à travers un prisme très particulier. La seconde guerre mondiale les emporte : Marie-Laure est jetée sur les routes avec son père lors de l’exode. Ils atterrissent chez un grand-oncle farfelu qui ne s’est jamais remis de la guerre précédente. Werner, en raison de ses capacités extraordinaires en mathématiques, est recruté par les jeunesses hitlériennes, lesquelles considéraient les orphelinats comme un vivier potentiel de jeunes recrues.
Le lecteur suit leur évolution et leurs questionnements parallèles pendant quelques mois, puis assiste à la croisée de leur chemin. En arrière-plan, est proposée une légende autour de la malédiction que véhiculerait un diamant.

Ce roman traite de la seconde guerre mondiale avec un point de vue innovant et beaucoup de sensibilité, sans jamais tomber dans le pathos. Le lecteur s’attache aux personnages au point qu’il peut éprouver le besoin d’imaginer la suite de l’histoire, même la dernière page achevée


CLIQUEZ CI-DESSOUS POUR LIRE QUELQUES PAGES!




mardi 19 mai 2015

Cannes 2015: les frères COEN

Les frères Coen sont à Cannes...



... mais ils sont aussi à la bib!


Profitez-en pour vous replonger dans l'oeuvre des présidents du Jury du Festival de Cannes 2015 ;-)


Un peu d'Histoire de France...


Cliquez pour agrandir!
Il est beaucoup question de l'enseignement de l'Histoire, ces temps-ci... 
Pensez aussi qu'il y a des livres que l'on peut emprunter à la bib et qui sont très bien faits pour se remémorer les temps passés... comme celui-ci, par exemple ;-)

 


(à partir de 10-11 ans)

Un hiver à Paris - Jean-Philippe Blondel



Un roman écrit à la première personne qui entraîne le lecteur dans l’univers d’une classe préparatoire littéraire dans un grand lycée parisien.
Le récit est construit en flash-back. Dès le début du roman, le narrateur reçoit une lettre d’un homme. Son expéditeur, s’il est inconnu pour le lecteur pour encore quelques chapitres, ne l’est pas pour le narrateur. Débute alors le récit de son année d’Hypokhâgnes qui s’est écoulée environ trente ans plus tôt.
Jean-Philippe Blondel nous plonge dans le monde d’une classe préparatoire littéraire, dans une salle de classe où deux mondes s’affrontent : celui d’adolescents brillants méprisés par le monde professoral vieillissant.
http://www.buchetchastel.fr/data/extrait/9782283026946.pdfAu-delà des drames et passions évoquées, c’est la période de mutation de l’adolescence qui est particulièrement bien transcrite. L’originalité du point de vue tient dans l’évocation du mal-être de jeunes gens appartenant à une élite intellectuelle. L’auteur nous présente une forme d’errance propre à cet âge-là, avec ses questionnements et ses rebellions.

Ce roman peut être lu du point de vue d’un « ancien de classe prépa ». Alors il prend une saveur et une résonance toute particulière. Il faut avoir franchi ces murs-là pour en deviner toute leur cruauté à travers les mots pudiques de JP Blondel.  Mais une autre entrée de lecture est tout aussi intéressante : celle de la relation parent-enfant. Le lecteur découvre alors 4 modalités de relations différentes


CLIQUEZ SUR LA COUVERTURE POUR FEUILLETER QUELQUES PAGES!


Les quatre de saisons de l’été - Grégoire Delacourt




L‘histoire : Quatre saisons… Quatre histoires, quatre personnages, reliés par une même quête, celle de l’amour. Reliés aussi par ce 14 juillet 1999 au Touquet, le dernier du siècle, qui a des airs de fin du monde. Ce jour, autour duquel l’action des quatre histoires se recentre, est choisi pour valoriser la métaphore de la fin, qui devient parfois le début d’autre chose. La fin de l’innocence et le début des tourments amoureux pour le personnage pré-adolescent. La fin d’une série d’échecs amoureux et le début d’un nouvel espoir pour le personnage d’Isabelle, quittée par son mari, qui retrouve son premier amour d’enfance. La fin de la routine triste d’un couple de cinquantenaires pour Monique, qui part à la recherche d’aventures amoureuses au bord de la mer. La fin d’une vie pour Rose et son mari, et le début d’un amour figé dans l’éternité… Ces quatre destins en marche de 16 à 77 ans (à peu près…) portent tous le même désir : trouver ou retrouver le grand, l’unique amour de leur vie. 
Ces quatre histoires s’entremêlent. Les personnages posent les uns sur les autres un regard tendre et indulgent. L’auteur utilise beaucoup le langage des fleurs qui parlent parfois à la place des héros et aussi les paroles de chansons comme « Hors saison » de Cabrel.  

Les quatre de saisons de l’été est tout sauf un roman léger. On apprécie la poésie de ces phrases, sa capacité à décrire les sentiments avec précision et sensibilité (malgré quelques clichés et moments lyriques…). Assez bon roman.

_____________

Du même auteur, vous pourrez trouver également à la bib:

La Liste de mes envies  
La Première chose qu'on regarde
On ne voyait que le bonheur

La vie de Jude frère de Jésus - Françoise Chandernagor




Partant de la certitude que Jésus a bien eu quatre frères et non demi-frères ou cousins (comme on l'a parfois affirmé), l'auteur donne la parole au dernier d'entre eux, Jude, qui, parvenu à la fin de sa vie, raconte son existence mouvementée.
La Judée est occupée par les Romains. Après la crucifixion de Jésus, les disciples vont prêcher. Le pays est secoué par épidémies, guerres et famines. Les hérésies se multiplient. Des rivalités apparaissent entre les frères de Jésus et Paul. Au milieu des malheurs, on espère ardemment la venue du Royaume.
Jude relate avec sincérité et une naïveté parfois touchante les années troublées qui ont suivi la mort de Jésus.

Françoise Chandernagor s'appuie sur une documentation solide et précise, comme le confirme sa postface. Totalement imprégnée des textes bibliques, évangiles, actes des apôtres, épîtres, maîtrisant le grec, elle s'approprie la langue qui aurait pu être celle de Jude, avec ses tournures grammaticales et ses nombreuses comparaisons aux accents poétiques. 
J'ai trouvé cette lecture relativement difficile car on se perd un peu dans la complexité de la situation tant politique qu'ethnique et religieruse.


CLIQUEZ CI-DESSOUS POUR LIRE QUELQUES PAGES!




_____________

De Françoise Chandernagor, nous vous proposons également:

L'Allée du Roi 
Leçons de ténèbres
L'Enfant des lumières
La Chambre
La Voyageuse de la nuit
La Reine oubliée

mardi 12 mai 2015

Un livre, une BD: Le rapport de Brodeck

 
D'un côté, le roman (plusieurs fois primé, notamment par le Prix Goncourt des lycéens 2007) de Philippe Claudel. Et de l'autre, la toute nouvelle BD de Manu Larcenet (dessinateur et scénariste) qui a fait un véritable travail d'adaptation d'après ce best-seller.


En images, ou sans, texte original de Ph. Claudel ou celui de Larcenet... à vous de choisir! ou pas! ;-)

A la bib, nous avons les deux! :-)


Les livres, les films: Hunger games


3 livres de Suzanne Collins



3 DVD (pour l'instant...)


Le tout dernier, La Révolte (Partie 1) est désormais aussi à la bib... et si vous vous plongiez dans la série durant le prochain long week-end! ;-)



Bande annonce:


Check-point - Jean-Christophe Rufin



L’histoire : C’est un « huit-clos roulant » vers la Serbie en 1995… : une seule femme, Maud, idéaliste de 21 ans et quatre hommes volontaires, Lionel, chef d’équipe de l’ONG, Vauthier, Alex et Marc conduisent à tour de rôle deux camions chargés de vêtements et d’aliments. Et peut-être autre chose ? L'entente est loin d'être cordiale entre les différents membres de l'équipe. Très vite des tensions fortes apparaissent en raison des personnalités très contrastées et des motivations différentes et qui ne sont pas toujours très claires. Ces 5 convoyeurs vont en apprendre autant sur leurs partenaires que sur eux-mêmes. 
Les check-points, points de contrôle, sont des limites entre des zones ethniques mouvantes, obéissant à l'autorité de petits chefs locaux.
La question essentielle et qui est toujours d'actualité: comment aider les populations de ces zones en guerre? Faut-il uniquement leur apporter de la nourriture ou des vêtements, et aussi des armes et de quoi se battre? 

Jean Christophe RUFIN, membre de l'Académie française depuis 2008, a su utiliser son expérience de « French Doctor de l'Humanitaire » pour rendre ce récit très vivant. Si l'auteur a choisi de dérouler son intrigue pendant la guerre de Bosnie en 1995, c'est pour ne pas susciter de comparaison avec des situations en cours et aussi parce qu'il connaît bien le conflit et le pays en question. Mais l'histoire serait la même sur n'importe quel autre territoire. 

Check-point 
C’est un très bon  roman d'aventures et de suspens qu'on ne lâche pas avant la fin et qui nous interpelle. 


POUR FEUILLETER QUELQUES PAGES CLIQUEZ SUR L'IMAGE CI-CONTRE!



____________

Du même auteur, nous vous proposons également:

Globalia
Immortelle randonnée : Compostelle malgré moi 
Katiba

L'Abyssin
La Salamandre
Le Collier rouge
Le Grand Coeur
Le Parfum d'Adam
Les Causes perdues
Rouge Brésil  
Sauver Ispahan
Sept histoires qui reviennent de loin  
Un Léopard sur le garrot : Chroniques d'un médecin nomade

La trace du sang - Peter May




Enzo MacLeod passe la majorité de son temps à reprendre des affaires policières non élucidées. Kirsty, l’une de ses deux filles, traductrice au parlement européen, échappe de peu à un attentat.
Enzo parallèlement se trouve impliqué dans un meurtre à Cahors où il réside. Il ne tarde pas à voir au-delà de ce semblant de coïncidence, l’œuvre d’une machination dirigée contre lui, dans le but de le détourner de ses enquêtes en cours.
Une de ses enquêtes paraît avoir un lien, les empruntes génétiques du meurtrier présumé, conduisent à un homme qui à la date du meurtre a un alibi indiscutable, il se trouvait en prison. Comment est-ce possible ?  
Les recherches vont conduire Enzo des années en arrière dans un petit village espagnol où une famille britannique est en vacances avec ses trois enfants. L’un d’eux, Richard, un garçon de vingt mois disparaît un soir où ses parents se sont absentés.
C’est le début d’un long cheminement complexe qui au finale nous donne la réponse à cette énigme et permet de connaître enfin le meurtrier.

Beaucoup de suspense dans ce thriller qui n’arrête pas, de révélations en révélations, à nous faire vivre un face à face sans concession de personnages aux multiples facettes


__________

Du même auteur, nous avons également:

L'Ile du serment
L'Homme de Lewis
 

Nous rêvions juste de liberté - Henri Loevenbruck



Dans la ville de Providence, une bande d’adolescents finit de grandir. Trop à l’étroits dans cette petite ville, Hugo et ses copains, après quelques actions peu glorieuses, finissent par tailler la route à moto. Se posent alors le rapport au clan et la question du chef.
Assez proche de l’univers du film Easy rider, ce livre est accessible cependant à tous, même à ceux qui ne sont pas passionnés de moto et qui ne connaissent rien à la mécanique. Si ce road movie peut dérouter au premier contact, voire heurter par son écriture parfois trop proche d’un discours direct, il mérite que le lecteur s’y attarde.
Passé le premier tiers du livre, on finit par développer une forme d’affection à l’égard des personnages. Si on est inculte en mécanique, on en oublie très vite cette donne pour ne s’attacher qu’au traitement de l’éternelle question de la liberté. Si le début de la lecture ouvre un univers débraillé et déroutant, la poursuivre permet au lecteur d’enfourcher à son tour comme passager la monture préférée de Hugo et de vivre avec lui ses errements.
Lorsqu’au milieu de la narration, le lecteur pense pouvoir se poser avec les personnages, l’intrigue est relancée par le nouveau départ de Hugo. La deuxième moitié du livre est construite en une apogée magnifique et émouvante.

Ce livre nécessite un véritable effort de lecture, mais la chevauchée solitaire en compagnie de Hugo renverra chacun à ses questionnements d’adolescent et au compromis signé depuis avec le mot « liberté ». 


_____________

Du même auteur, nous vous proposons également:

Gallica
L'Apothicaire
La Moïra
Le Mystère Fulcanelli
Le Rasoir d'Ockham
Le Syndrome Copernic  
Les Cathédrales du vide

Le cri muet de l'iguane - Daniel Picouly




L’histoire : Jean, Jules, Joseph, le grand-père de Daniel Picouly, est né à la Martinique en 1893. Il a été un héros noir de la guerre de 14-18. A en croire, Paulette Picouly, il l’aurait quasiment gagnée à lui tout seul ! C’est la légende familiale qui a accompagné l’auteur et qu’il a voulu écrire pour lui rendre hommage. Il a suffi de l’intrusion d’une historienne déclarant que le grand-père n’avait jamais fait la guerre (!) et d’un vieux carnet oublié au fond d’une malle, pour revoir ce récit héroïque et découvrir l’incroyable et tumultueuse histoire de ce grand-père.

http://www.calameo.com/read/0019186721df8ac0a52f1Jean Jules Joseph a été amoureux dès l’enfance d’Aurore, la fille du plus riche planteur de l’île. Mais il a été le témoin direct d’un assassinat politique raciste… Il a survécu à l’éruption de la Montagne Pelée grâce à son iguane, a boxé contre le premier champion du monde noir des poids lourds, et s’est trouvé mêlé à une mystérieuse “guerre du rhum” à la Martinique, avant de mettre le pied à Tarbes, de rencontrer Marie, la grand-mère de Daniel Picouly et d’enfouir dans un carnet le secret de sa « vie d’avant ».

BON ROMAN intéressant, truculent et dépaysant. 


CLIQUEZ SUR LA COUVERTURE POUR DECOUVRIR QUELQUES PAGES!


___________

Vous trouverez une vingtaine d'ouvrages de Daniel Picouly à la bib... il y a de quoi lire ;-)


mardi 5 mai 2015

Attention: c'est fermé le 9 mai!


Nous vous rappelons que la bib sera exceptionnellement 
fermée ce samedi 9 mai!


Pensez-Y!  ;-)

NOUVEAUTES "ROMAN JUNIOR" n°3 - avril 2015

Voici notre petit livret des nouveautés, pour les juniors, du mois d'avril!
Un résumé accompagne chaque titre. Faites vos choix!

La version papier est évidemment à la bib, pour la version numérique, c'est ici:







Daisy sisters - Henning Mankell

Présentation de l'éditeur:

"Été 1941, en Suède. Deux amies, Elna et Vivi, dix-sept ans, de condition modeste, s’offrent une escapade à bicyclette à travers la Suède en longeant la frontière de la Norvège occupée par les nazis. L’aventure, d’abord idyllique, l’été de toutes les joies, de tous les espoirs, est de courte durée : Elna, violée, revient chez elle enceinte d’une petite fille qu’elle appellera Eivor.
1960. Eivor, dix-huit ans, en révolte contre sa mère, veut devenir une femme libre. Elle s’enfuit du village avec un jeune délinquant. Que lui réserve l’avenir ? Réalisera-t-elle son rêve d’indépendance et de liberté, et à quel prix ?
En s’attachant aux destins d’une mère et de sa fille entre 1941 et 1981 en Suède, Mankell brosse le portrait de ces générations de femmes (épouses, mères, ouvrières) qui ont dû lutter avec leurs propres désirs et renoncements pour exister et se faire une place au cœur d’une société où s’élaborait le modèle suédois. 

Daisy Sisters, premier roman de Henning Mankell, renferme déjà les idéaux sociaux et politiques qui sous-tendent l’ensemble de son œuvre."



http://www.seuil.com/extraits/9782021030198.pdfNotre avis:



Roman parfois sombre qui brosse les destins croisés de femmes entre 1941 et 1981 en Suède. Histoire émouvante, poignante, prenante dans laquelle l’optimisme n’est pas cependant complètement absent…

CLIQUEZ SUR LA COUVERTURE POUR LIRE QUELQUES PAGES!

 

___________

Vous trouverez une vingtaine d'ouvrages de Henning Mankell à la bib, dont les 'Wallander'...